Le PACTE, c’est NON !
Halte au massacre du peuple palestinien !
Retrait de la loi Asile Immigration !
Fonction publique : en grève le 19 mars

Éducation

Rarement, on avait vu pareille bêtise confite à la tête d’un ministère. Plus rarement encore, on avait pu voir à l’œuvre les ficelles des marionnettistes du pouvoir.

Peut-être avez-vous déjà entendu ce mignon petit nom Pix, on dirait celui d’un petit écureuil mignon. Pas du tout, c’est le nom du « service public en ligne pour évaluer, développer, et certifier ses compétences numériques ». C’est déjà moins mignon, surtout quand on nous parle de « service public en ligne », déjà tout un programme (politique). Les mots suivants ne sont guère plus rassurants, l’évaluation arrivant avant le développement et s’accompagnant d’une certification, parce que, bien sûr, dans notre monde tout doit être évalué et certifié (conforme).

Amélie Oudéa-Castéra nous sert désormais de ministre de l’Éducation nationale et des sports (NDLR : rien de choquant pour les plombiers-dentistes). Plus pour longtemps. Elle enchaîne les déclarations mensongères pépère et, aux quelques mauvaises langues qui continuent de la titiller sur ses mensonges misérables, elle répond, courroucée, « je vous demande de vous arrêter ». Oui mais non. Les gueux ont quelques dents déchaussées mais de la dignité. Cette ministre est indigne, elle nous salit, nous crache à la figure. On ne s’habituera pas, on ne s’arrêtera pas. Tant qu’elle sera là.

Il ne s’agit pas de complot, mais d’analyse systémique. On peut commenter et documenter chaque réforme ou chaque loi du gouvernement, en détail. On peut ensuite s’y opposer si elles nous semblent dangereuses (ce qui est quand même bien souvent le cas). Mais on peut aussi, prendre du champ et tenter une approche globale, pour mieux comprendre les politiques à l’œuvre et leur cohérence. Ainsi, la réforme de l’assurance chômage et France Travail, la loi immigration dite « Loi Darmanin » du nom de son charmant défenseur, la réforme du lycée professionnel et le dispositif Avenir Pro forment-ils un tout cohérent autour des métiers en tension.

Sans surprise, les résultats de l’enquête PISA sont catastrophiques et le ministre de l’Éducation nationale feint de mobiliser les grands moyens pour redresser la barre. A l’image de notre emblème national, il continue de plastronner alors qu’il a les pieds dans la fange car la première parade qu’il déploie consiste à minimiser les dommages français en évoquant l’impéritie de ses voisins. Certes l’Allemagne dégringole plus violemment que la France mais il n’y a pas de quoi pavoiser.

Une odeur d’extrême droite au Sénat lors d’un colloque sur l’Éducation…

La Macronie avait promis une revalorisation des enseignants, la mesure phare est le fameux Pacte, appelé en réalité « part fonctionnelle », ce qui fait quand même moins penser au diable. Curieusement, c’est globalement un bide, les enseignants n’ont pas voulu être revalorisés, c’est-à-dire bosser plus pour gagner plus. Peut-être parce que ça n’a rien à voir avec une revalorisation.

SUD Lutte de Classes éducation relaie la proposition d’un groupe de personnes qui refusent de se laisser submerger par l’envahissement du numérique dans l’éducation. Le texte suivant est issu d’une journée de réflexion « Sortir du bocal numérique » animée par Halte Au Contrôle Numérique à Saint-Étienne, dont le but visé est d’obtenir un statut d’objecteur du numérique, en tant que salarié ou citoyen-usager des services publics.*

Si la chanson « Gaston, y’a l’téléphon’ qui son’ / Mais y’a jamais person’ qui répond » peut faire sourire, ça n’est pas tellement le cas pour celles et ceux qui appellent le rectorat de Grenoble pour pourvoir des postes, obtenir une attestation pôle emploi ou autre et qui n’ont personne au bout du fil. Et quand réponse il y a, elle peut être pire que le silence. Histoire d’un avion sans pilote …

Cette année, de nouvelles évaluations nationales seront mises en place pour les élèves de CM1 et de 4e. Par ailleurs, les évaluations d’école font l’objet d’une condamnation assez large, au plan syndical. Cette contestation n’est pas une énième manifestation de l’inertie du corps enseignant, comme se plaisent à le dire les contempteurs de l’Éducation nationale. L’évaluationite c’est la justification du pilotage qui se targue d’une objectivité scientifique pour enchaîner les réformes. Une mise en contexte dans le premier degré, dans le secondaire et, plus largement, dans ce qui s’appelle encore les services publics apporte un éclairage sur une nouvelle offensive du New Public Management.

Premier degré

Second degré

Enseignement Professionnel

Revenir en haut