Halte au massacre du peuple palestinien : arrêt du génocide !

Brûlons madame Carnaval mais pas que…

Dimanche 4 février 2024 — Dernier ajout mercredi 7 février 2024

Rarement, on avait vu pareille bêtise confite à la tête d’un ministère. Plus rarement encore, on avait pu voir à l’œuvre les ficelles des marionnettistes du pouvoir.

Les scandales n’arrêtent pas d’éclabousser A.O.C mais derrière c’est le couple Macron et sa vision conservatrice et réactionnaire qui conserve les commandes. Ces derniers donnent des gages à une idéologie abjecte abrutie par le mirage des dons et du mérite. Le mérite, cet argument ultime mobilisé par les dominants pour justifier leur position. Pour toutes ces raisons et comme il est de tradition à l’époque du carnaval, nous nous réjouirons si l’idole de cette vaste comédie humaine du remaniement est sacrifiée. Ce plaisir immédiat satisfait, il n’en restera pas moins que le train des réformes et son convoi d’inégalités sera encore sur les rails : le choc des savoirs, les groupes de niveau, les méthodes miracles, le SNU n’auront qu’un seul effet, acculer plus encore la plèbe pendant que la bourgeoisie continuera à faire prospérer les établissements d’excellence pour perpétuer sa domination.

Le discours de politique générale de notre ex-ministre de l’Éducation nationale et surtout sa vision de l’École ne ménage aucune illusion sur les accents thatcherien de son inspiration. Derrière tout ça on en oublierait presque que les salaires des personnels et leurs conditions de travail continuent de se dégrader. Le mercenariat encouragé par le PACTE est immonde et surtout il produit les effets contraires de ce qu’il prétend.

Il ne règle pas les problèmes de remplacement. Il n’apporte pas de solutions durables et structurées à la crise des vocations et à la vague de démissions qui deviennent endémiques dans l’enseignement.

La carte scolaire est souvent une période d’effervescence militante mais les slogans et les autocollants ne suffiront pas à faire dérailler le train idéologique qui écrase l’Éducation nationale sur son passage.

Pourtant aussi rapide et massif soit-il, un train peut dérailler. Il nous appartient collectivement de croire en notre capacité à faire chavirer ce funeste attelage, en s’organisant à la base, en ne cédant pas au défaitisme ni au découragement et en étant résolument convaincu que celui qui ne se bat pas a déjà perdu.

Brulons-Giroud - tract SUD LDC éduc Gre (04.02.24)
Brulons-Fakir - tract SUD LDC éduc Gre (04.02.24)
Revenir en haut