Le PACTE, c’est NON !
Halte au massacre du peuple palestinien !
Retrait de la loi Asile Immigration !
Fonction publique : en grève le 19 mars

Gestion des personnels précaires AED, AESH, enseignants contractuels

SUD Lutte de Classes éducation écrit au rectorat et sollicite une audience
Mercredi 16 novembre 2022 — Dernier ajout jeudi 17 novembre 2022
SUD Lutte de Classes éducation est très souvent contacté par des précaires de l’Éducation nationale (AED, AESH ou contractuels enseignants) qui se retrouvent, à cause des manquements de la gestion administrative dans des situations inquiétantes voire dramatiques. Le syndicat écrit au rectorat et sollicite une audience.

Grenoble, le 14/11/2022

Objet : Problèmes de gestion des précaires AED, AESH, enseignants contractuels

Madame, Monsieur,

Depuis la fin de l’année scolaire précédente, nous sommes très souvent contactés par des précaires de l’éducation nationale qu’ils soient AED, AESH ou encore contractuels enseignants. Ces personnels se retrouvent, à cause des manquements de la gestion administrative dans des situations inquiétantes voire dramatiques.

Voici en détail les problèmes majeurs rencontrés. Dans la plus grande partie des cas, il s’agit de personnels gérés par Vaucanson :

• non paiement de l’indemnité compensatrice CSG, pourtant due (un courrier vous a été envoyé par mail le 8 juillet à ce sujet). Le lycée Vaucanson nous a opposé un refus sans donner aucune raison lorsque nous avons demandé la régularisation de ces indemnités ;

• retrait sur salaire abusifs suite à un trop perçu pour congés maladie. En effet, certains personnels, des AESH majoritairement, continuent de percevoir leur salaire durant leur arrêt maladie. Ils doivent donc re-verser ensuite le trop perçu, ce qui est normal. Cependant, le salaire prélevé fait fi des quotités saisissables et, bien souvent, ne fait l’objet d’aucun courrier préalable pour prévenir. Certains AESH se sont ainsi retrouvés sans aucun salaire plusieurs mois de suite. Imaginez-vous dans quelle situation cela les met ? Notamment les mères célibataires ? Leur salaire de base étant déjà dérisoire, en outre cela est bien sûr illégal ;

• contrats signés plus d’un mois après le début de la prise de fonction, cela est absolument illégal et dangereux si quoi que ce soit arrive ;

• paiement du salaire en retard, parfois deux mois après la prise de fonction, sans même un acompte ;

• contractuels enseignants envoyés en remplacement très loin ou sur quatre établissements, en dépit des recommandations médicales, notamment celles de la médecine du travail ;

• enfin, lorsque ces personnels, à bout, cherchent à quitter l’éducation nationale, on leur met encore des bâtons dans les roues en les privant notamment du droit aux indemnités de chômage s’ils ne veulent pas signer de renouvellement de contrat (nous avons été contactés par une vingtaine de personnes).

Ces personnels sont déjà précaires, il est absolument inacceptables qu’ils fassent également les frais des manquements de l’administration. De nombreux AESH et AED quittent un métier que par ailleurs ils aiment, parce que les maltraitances de l’administration sont insupportables à la fois par le mépris dont ils sont les victimes et par les manquements, pour la plupart en dépit des lois, qui les mettent dans des situations graves, parfois au point de ne pouvoir régler leur facture ou se nourrir. Si les services de gestion sont sans doute débordés, il faut y remédier cela ayant des conséquences trop grave sur la vie de ces personnels.

Nous sollicitons donc un rendez-vous avec le service AESH et le service AED, en présence de Madame la rectrice, éventuellement des IEN AESH, et d’un gestionnaire de Vaucanson afin que ces situations inadmissibles cessent de se reproduire. Si rien n’est fait, nous nous verrons contraints d’intervenir dans le cadre intersyndical et d’en informer les médias.

Nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, à notre attachement au service public d’éducation.

Pour SUD Lutte de Classes éducation,

(anciennement SUD éducation académie de Grenoble)

La Secrétaire du syndicat,

Anaïs GIORDANO

SUD LDC éducation- Lettre rectorat - Problèmes gestion précaires

Voir en ligne : La tentation de l’esclavage…

Revenir en haut