Pas de justice, pas de paix
Le PACTE, c’est NON !

Mobilisation contre la réforme des retraites : tous et toutes en grève reconductible à partir du mardi 31 janvier !

Mercredi 25 janvier 2023 — Dernier ajout mercredi 1er février 2023

Journée de grève interprofessionnelle, le mardi 31 janvier doit être le point de départ d’une grève reconductible.

Les manifestations :

  • ARDÈCHE : Privas, 10h, préfecture / Aubenas, 14h, rond-point Ponson / Annonay, 14h30, gare routière / Tournon, 11h, place Carnot / Le Cheylard, 14h, mairie / Lamastre, 17h30, Hôtel de ville.
  • DRÔME : Valence, 14h30, Champ de Mars / Montélimar, 14h, place du théâtre.
  • ISÈRE : Grenoble, 10h, gare / Bourgoin-Jallieu, 10h, place St Michel / Vienne, 14h, Champ de Mars / Roussillon, 9h30 / Salaise-sur-Sanne, 9h30, Lidl.
  • SAVOIE : Chambéry, 14h, Palais de justice / Albertville, 10h, gare / Saint-Jean-de-Maurienne, 10h, Champ de foire.
  • HAUTE-SAVOIE : Annecy, 14h, préfecture / Cluses, 16h, place des Allobroges / Annemasse, 17h, mairie / Sallanches, 17h, place Charles Albert / Thonon, 17h30, place des Arts.

Les assemblées générales :

  • ARDÈCHE : Privas, 12h30, AG éduc, Maison des Syndicats / Aubenas, 10h, AG éduc, Pôle de Services / Annonay, 12h, AG éduc, école Jean Moulin.
  • DRÔME : Valence, 10h, Maison des Syndicats / Montélimar, 10h, AG éduc, lycée Alain Borne + 11h, AG interpro, Théâtre de la ville / Romans, 9h, Maison des syndicats / Pierrelatte, 9h, salle de l’Envol / Crest, 10h, salle des Acacias.
  • ISÈRE :
  • SAVOIE :
  • HAUTE-SAVOIE :

Ils sont trop riches pour que nous restions calmes !

Macron et Borne, duo de clowns à la solde du grand capital, ont chaussé leur 49-3 pour nous la faire à l’envers. La troupe qu’ils forment avec le gouvernement est clairement affidée à la bourgeoisie et à ses intérêts.

En dépit de ce qu’ils prétendent, ils ne sont pas neutres.

En dépit de ce qu’ils prétendent, ils veulent qu’on crève au boulot.

En dépit de ce qu’ils prétendent, ils sont au service de la classe capitaliste.

En dépit de ce qu’ils prétendent, cette « réforme » n’est utile qu’aux capitalistes qui vont voir abonder, encore, les cadeaux fiscaux. Le ruissellement à l’envers ! C’est écrit tel quel dans le projet de loi de finances 2023 et dans les documents transmis à la commission européenne : il faut faire des économies sur les dépenses publiques afin de continuer de baisser les impôts de production des entreprises.

En dépit de ce qu’ils prétendent, les milliards ne manquent pas :

160 milliards d’aides publiques versés en moyenne chaque année aux entreprises,

80 milliards d’évasion fiscale annuelle,

57,5 milliards de dividendes versés en 2022 par les entreprises du CAC 40,

35 milliards abondés dans le Fond de réserve des retraites,

125 milliards en réserve à la caisse des régimes complémentaires,

24 milliards de bénéfice prévu en 2024 par la CADES (Amortissement de la dette sociale).

Nous faire croire que notre système de retraite est en péril n’est qu’un leurre !

Emmanuel Macron lui-même reconnaissait en 2017 dans son programme que « le problème des retraites [n’était] plus un problème financier. » Déjà à l’époque, son ambition était plutôt de « clarifier et de stabiliser les règles du jeu, une fois pour toutes, en mettant en place un système universel, juste, transparent et fiable, dans lequel chacun bénéficie exactement des mêmes droits ». (Traduction : vous entuber équitablement bande de gueux ! Avec les miettes qui resteront après le gavage des capitalistes, le tout de la manière la plus injuste et la plus opaque possibles.)

Et maintenant ?

Depuis des décennies, quels que soient les gouvernements, nous avons subi les attaques du système capitaliste qui n’a de cesse de saper nos acquis sociaux : Sécurité sociale, assurance chômage, retraites, tout y passe. Pas aussi vite qu’espéré par les capitalistes car les résistances successives ont été utiles. Mais comme le déclarait en 2005 Warren Buffett (pendant un temps l’homme le plus riche du monde) : «  Il y a une guerre des classes, c’est un fait. Mais c’est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre et qui est en train de la gagner.  »

Nous le savons, ces personnes possèdent d’incroyables fortunes sans jamais avoir levé le petit doigt (sauf à l’heure du thé, pour faire chic). Elles ne travaillent pas aussi dur que nous, elles ont tout, se gavent sur notre dos. Combien de temps encore les laisserons-nous faire ces assistés ?

Notre système de protection sociale leur fait horreur, ils lui ont donc déclaré la guerre. Ils veulent en finir avec les acquis sociaux établis sur une force collective pour tout atomiser : les existences, les carrières, les salaires et aujourd’hui les retraites. Nous devons trouver la force, dans le collectif, pour mener la contre-offensive dans la durée et organiser la grève reconductible. Elle a débuté le 19 janvier et nous devons la rendre victorieuse. Car la démonstration de force de cette journée n’est qu’un début et ne suffira pas à faire reculer le gouvernement. Nous devons construire un véritable rapport de force en multipliant les assemblées générales, rassemblements, bloquages, manifestations,… Ne manquons pas la moindre occasion de nous rassembler, de discuter, de diffuser ce qui nous semble incontestable : nous travailleurs, travailleuses, chômeurs, chômeuses, précaires, retraitées, retraités, avons quelque chose qui peut nous unir dans notre quête de justice sociale : notre appartenance à la classe laborieuse !

A table
Retraites - tract SUD LDC éduc Gre (31.01.23)
Tract IS Aubenas 31.01.23
Tract IS nord 38 31.01.23

Voir en ligne : Macron et les patrons nous le refont avec les retraites

Revenir en haut